3e : l’épreuve de Français au DNB (Diplôme National du Brevet)

samedi 10 janvier 2015
par  N. Darras
popularité : 2%

A destination des parents (les élèves de Troisième sont en principe déjà au courant !), voici un résumé du contenu et du déroulement des deux parties de l’épreuve de Français au Brevet, en fin de Troisième. Les principales évolutions à la session 2013 consistent à proposer deux sujets de rédaction au choix du candidat, et une dictée un peu plus conséquente qu’auparavant.

Pour commencer, ayez en tête que l’épreuve écrite de fin d’année en Français vérifie globalement l’acquisition des connaissances enseignées tout au long des quatre années de scolarité au collège, mais ne se présente en aucun cas sous la forme de "questions de cours" nécessitant un simple "par coeur". La nature de l’épreuve invite l’élève à mettre en pratique de façon raisonnée ses connaissances et ses savoir-faire. Contrairement au baccalauréat, il n’y a pas d’oral de Français au DNB.

L’épreuve dure 3h au total et se divise en deux parties. Elle est notée sur 40 points, au même titre que les épreuves de mathématiques et d’histoire-géographie/éducation civique.

La première partie dure 1h30 ; elle est composée d’une compréhension de texte (sur 15 points), d’un exercice de réécriture (sur 4 points) et d’une dictée (sur 6 points). Les élèves disposent d’environ 1h15 pour répondre de façon rédigée à des questions de compréhension, d’observation et d’analyse sur un texte narratif, argumentatif ou informatif qu’ils n’ont pas étudié en classe, et réécrire un très court extrait de ce texte (quelques lignes) en suivant une consigne grammaticale donnée. Le dernier quart d’heure est consacré à la dictée d’un texte "de 600 à 800 signes".

Aucun document n’est autorisé pour cette première partie. A l’issue de cette étape, les élèves rendent leur copie mais conservent l’énoncé du sujet de la première partie pendant la suite de l’épreuve. Une courte pause est usuellement accordée avant la deuxième partie.

La deuxième partie dure également 1h30 et est consacrée à la rédaction (notée sur 15 points) . L’usage d’un dictionnaire de langue française est autorisé au candidat, mais c’est à lui de penser à s’en munir. En aucun cas il ne saurait "partager" un dictionnaire avec un autre élève, et le centre d’examen n’est aucunement tenu d’en fournir un.

L’élève traite un seul sujet sur deux propositions au choix : soit un sujet d’invention (imagination), soit un sujet de réflexion. Il peut s’agir par exemple d’écrire la suite d’un texte, de changer le point de vue, de rédiger une lettre, un article, un discours... souvent en lien avec l’un des thèmes du texte de la première partie.

Attention : le sujet dit d’invention ou d’imagination n’est, contrairement à ce que pourraient croire beaucoup d’élèves, pas nécessairement "plus facile" que le sujet de réflexion : il est souvent assorti de contraintes d’écriture précises !

Les copies de la deuxième partie seront jointes, lors du ramassage à la fin de l’épreuve, à celles la première partie pour la correction.

Les élèves doivent être attentifs à bien gérer leur temps : les brouillons ne seront pas acceptés. De même les copies rendues ne doivent porter aucun signe distinctif permettant de les identifier. Elles seront anonymées et corrigées par des professeurs n’ayant pas eu les élèves en classe.



Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 22 juin 2017

Publication

342 Articles
13 Albums photo
14 Brèves
16 Sites Web
53 Auteurs

Visites

179 aujourd’hui
564 hier
344696 depuis le début
12 visiteurs actuellement connectés